Karaté adapté

Présentation

L’idée du projet – KARATÉ – origine que les Arts martiaux n’ont de limite que ce que nous voulons bien que notre esprit et notre corps nous impose. Partant de ce principe, rien ni aucune situation de vie ne peut empêcher personne de s’y adonner. Le karaté est le développement du corps et l’esprit. Si une partie du corps est moins fonctionnelle, le reste du corps vient compenser et permet quand même la continuité dans l’apprentissage de la technique.

 

Ce projet est là pour faire tomber toutes les barrières que l’on s’impose et prouver à tous que cette discipline peut être adaptée à toutes les situations et pour tous. Ce projet en collaboration avec l’IRDPQ ( Institut de réadaptation en déficience physique de Québec ) deviendra la référence au Québec pour le karaté enseigné aux personnes avec déficience physique et en fauteuil roulant. Ce projet offrira à cette clientèle une nouvelle vitrine sur le monde et permettra de faire tomber des mythes et préjugés associés à ces personnes. Il permettra aussi de démontrer que le karaté peut être un outil thérapeutique pour tous types de clientèle.

 

Phase I

La phase I du projet Karaté visait une clientèle spécifique afin d’expérimenter dans un premier temps les différentes techniques sur un bassin plus restreint. Comme les résultats sont concluants, la Phase II nous a permit d’ouvrir à toutes les clientèles de s’adonner à cette discipline. Nous devons prendre le temps de bien mettre en place la structure et l’adapter à la situation actuelle pour évaluer si le programme répond bien aux attentes.

 

Contexte

Favoriser la mise en place d’un art de combat pour partir à la découverte de son corps. Le participant effectue un travail physique de bien être et un bénéfique retour sur soi par l’utilisation de ses facultés et la recherche optimale de celles-ci par la pratique d’un art martial sécuritaire.

 

Problématique

Ce projet permet à une clientèle spécifique de pratiquer un sport de combat qui sera adapté et transformé en exercice de motricité afin d’être transposée dans la vie de tous les jours pour mieux acquérir la confiance et l’estime de soi nécessaire à affronter toutes les situations de la vie. Les problèmes de limitations physiques associées à cette clientèle devraient être sensiblement améliorés.

 

Impacts recherchés

Les impacts recherchés sont de différentes natures tel que :

 

  • Améliorer la coordination des mouvements, l’équilibre
  • Améliorer la synchronisation des mouvements
  • Améliorer la mobilité et la motricité globale
  • Une plus grande conscience du corps et une autre perception de ses limites
  • Améliorer la concentration et l’attention de chacun
  • Évacuation de ses colères et frustrations
  • Se débarrasser de ses ressentiments
  • Améliorer de la force ( épaule, bras, tronc )

 

Des confrontations issues du karaté fait naître un retour au calme grâce à ces différents éléments. Après tout, dans le karaté, on assène des coups parfois dans le vide, parfois même sur un partenaire, mais l’ennemi que l’on se projette peut avoir bien des visages. Il peut avoir les traits de la maladie ou du handicap. Mais les arts martiaux nous amènent au-delà des apparences et fait naître en nous la force d’affronter nos différences. Ces éléments devraient avoir des impacts positifs sur l’ensemble du participant.

 

Objectifs

 

1. Courts et moyens termes

Les objectifs à courts et moyens termes sont définis de la façon suivante :

 

Participant

 

  • Atteindre le maximum du potentiel physique de chaque individu d’après les ressources de chacun
  • Faire sortir ces personnes de l’isolement et dépasser ses limites
  • Favoriser le rayonnement de cette clientèle par cette discipline
  • Promouvoir la pratique du karaté en fauteuil roulant ou non
  • Servir de lien entre les participants
  • Augmenter la confiance et l’estime de soi
  • Évacuer les sensations négatives de son corps
  • Développer de nouvelles aptitudes physiques et mentales
  • Aider l’individu à pratiquer des mouvements oubliés par son corps
  • Intégration sociale

 

Publicité

 

  • Annoncer le projet sur le site de l’IRDPQ
  • Publiciser le projet dans le milieu
  • Informer les médias
  • Informer les associations concernées par ce type de projet

 

Reconnaissance

 

  • Faire partie d’une association reconnue par la discipline ( AKS, JKS, IJKA )
  • Porter le costume et l’écusson officiel de la discipline
  • Obtenir son passeport sportif officiel de l’association
  • Participer au passage de grade
  • Démonstration des acquis à l’IRDPQ et aux parents

 

 

2. Objectifs à longs termes

Les objectifs à longs termes sont définis de la façon suivante :

 

  • Présentation officielle dans le cadre d’une activité de l’AKS ( Camp, compétition, clinique )
  • Reconnaissance des individus et du projet au sein des organisations concernés
  • Inviter un japonais et le président de l’association de karaté Shotokan pour une clinique
  • Participer à une activité au niveau provinciale, nationale et internationale

 

Projet – Québec

 

Le projet KARATÉ est une première à l’IRDPQ et une première au Québec. L’association québécoise des sports en fauteuil roulant ( AQSFR ) qui est l’organisme sans but lucratif reconnu officiellement comme la régie sportive des sports en fauteuil roulant par la Direction des sports du gouvernement du Québec et qui regroupe plus de 300 athlètes à travers la province, n’a pas encore cette discipline dans son registre. Toutes les personnes qui ont une limitation physique sont déjà reconnues dans plusieurs disciplines. Le karaté ne fait présentement partie d’aucune organisation officielle au Québec. L’association de karaté Shotokan ( AKS ) est donc le leader dans cette démarche d’intégration du karaté au sein de l’unique organisation reconnue.

 

Organisation reconnue

 

Présentement il existe dans le monde une organisation officielle qui s’appelle « WHEELCHAIR KARATE » et qui a été fondée par Tetsuhiko Asaï suite à une présentation de karaté exécuté sur une chaise. Il y a déjà 40 ans depuis cette exhibition. Monsieur Asaï a structuré cette nouvelle partie basée sur la philosophie que les personnes à limitations physiques ont le droit d’être traitées égales et sans discrimination, et que chacun qui a des possibilités physiques minimales ou maximales puissent les utiliser le plus efficacement possible. À partir de cette idée. Il a crée cette organisation. Avec les années, monsieur Asaï a conçu la pratique de cette branche de la même façon que la Japan Karate Shotokaï pour tous. Malheureusement sensei Asaï est décédé en 2006.

Nous avons la très grande chance de faire partie de cette organisation par l’association de karaté Shotokan ( AKS ) qui représente le Québec et les maritimes. Nous avons comme directeur technique monsieur Yutaka Katsumata, 7e Dan qui réside à Montréal depuis 25 ans.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Évènements importants

 

Différents évènements ont façonnés le portrait du karaté pour personnes avec déficience physique et en fauteuil roulant. Étant donné la liste exhaustive de ces réalisations, j’en identifie quelques unes pour démontrer qu’avec les années, cette clientèle s’est quand même illustrée dans des évènements d’importance.

 

Voici quelques manifestations depuis 2001 :

 

  • En septembre 2001, avait lieu la première compétition internationale de fauteuil roulant, la « Wheelchair World Karate Competition ».

 

  • En 2001 a été créée en Europe la Commission nationale du karaté pour personnes à limitations physiques.

 

  • Aussi une autre organisation, la Handibudo International qui structure son action par type de handicap.

 

  • En 2003, le European Karate and wheelchair karate organise le championat mondial pour fauteuil roulant.

 

  • Aussi en 2003, le IJKA Open Team Championships – Wheelchair karate

 

  • Création de la Irish Wheelchair Karate Federation en Irlande.

 

  • Depuis ce temps monsieur Asaï a implanté la Asaï Wheelchair Karate à travers 45 clubs dans le monde.

 

  • En mars 2007, compétition internationale de kata en fauteuil roulant.

 

  • En avril 2007, un évènement d’importance pour les fauteuil roulants et les personnes à mobilité réduites car la Japan Karate Shoto Federation et la Japan Wheelchair Karate-Do Federation organisent à Okinawa un championnat internationale. Ce championnat est accrédité par le ministre de la Culture, la Japanese Sports Association for handicapped person et la Japan Paralympics Commitee.

 

  • Février 2009 : Reconnaissance de la clientèle du karaté adapté par l’Association de karaté Shotokan avec l’inscription de cette clientèle au passeport sportif remit à tous les membres réguliers de l’AKS

 

  • Mai 2009 : Première clinique donnée par un maître japonais en la personne de Yutaka Katsumata, 7e Dan et directeur technique de l’Association de Karaté Shotokan. Reconnaissance du karaté adapté au Québec mit en place par l’école de karaté FUDO SHIN – Québec.

 

  • Juin 2010 : Participation du karaté adapté à la Journée Scientifique de l’institut de réadaptation et de déficience de Québec. Présentation, discussion, montage photo, vidéo du cours au milieu médical.

 

  • Juin 2010 : Première participation du karaté adapté au camp d’entraînement de karaté de l’Association de karaté Shotokan ( AKS ). Camp au CEGEP Lévis-Lauzon du 30 juin au 4 juillet 2010.

 

  • Mai 2011 : Clinique donnée par sensei Yutaka Katsumata, 7e Dan et directeur technique de l’Association de Karaté Shotokan ( AKS ).

 

 

Karaté pour tous

 

Contrairement aux idées que les gens peuvent véhiculer, karaté et handicap sont tout à fait conciliables. Le karaté Traditionnel Shotokan peut très bien s’adapter à toutes les réalités et à toutes les spécificités des personnes à limitations réduites. Comme il n’y a pas de projection, les participants peuvent utiliser de façon optimale leurs ressources.

 

Souvent on parle d’intégration sociale. Le sport, ici le karaté est un bel exemple d’intégration par le sport. D’autres disciplines sportives sont très bien représentées au Québec. Le karaté ne peut qu’être bénéfique pour tous les problèmes moteurs et autres.

 

Les personnes ayant des limitations passent par les mêmes stades d’entraînement que les personnes qui n’ont pas de limitations, même si les âges et le rythme de progression peuvent varier.

 

Le karaté peut jouer un rôle prépondérant dans la réadaptation des personnes ayant un handicap physique ou intellectuel en leur permettant de développer une image de soi positive et renouvelée et en rehaussant leur estime de soi. C’est pourquoi ce programme tient compte des différents stades de limitations de chaque individu et permet d’apporter des éléments de progression et d’améliorations sur leur développement physique.

 

 

 

Approche

 

La méthode privilégiée consiste à modeler le style à la personne en respectant la structure originale de la discipline. Cela veut dire que la technique n’est modifiée que pour tenir compte du participant et de sa situation physique. Tous les mouvements sont adaptables en tenant compte de la mobilité de chacun.

 

On peut exécuter les diverses techniques de karaté, tel que :

 

  • Coups de poing
  • Blocage intérieur – extérieur
  • Blocage visage – plexus – jambes
  • Position avec déplacement
  • Rotation et pivot
  • Mobilisation de la sangle abdominale
  • Prises
  • Etc,

 

Tous ces mouvements sont exécutés pour les karatékas debout avec l’utilisation maximale des membres participants et pour les fauteuils roulants en utilisant la mobilité des membres supérieurs, mais aussi des techniques associées à une manipulation de leurs fauteuils avec des rotations, en utilisant les poussées avants et arrières, les techniques de côtés, les arrêts, etc,

 

Pendant que certains pivoteront sur leurs pieds, d’autres pivoteront avec leurs fauteuils. Tous les mouvements seront exécutés avec autant de précision et de volonté pour l’un et l’autre. Cela peut importe les limitations des participants. Les positions et les déplacements dépendant des limitations de chacun seront modelés en fonction de chaque participant. Des positions plus courtes pour certains et plus longues pour d’autres. Des flexions et des poussées adaptées en tenant toujours compte de chaque déficience. Le tout en conservant toujours la pureté et les exigences du karaté traditionnel.

 

Il est possible de mettre en évidence toute une série d’exercices pour la clientèle en fauteuil et à mobilité réduite, même pour les personnes ayant des problèmes d’équilibre. Un travail sera fait afin de modifier et modeler le fauteuil en fonction de la discipline.

 

Groupes

Lorsque le nombre de participants le permet, il est possible de diviser les groupes en fonction de l’âge et de la déficience afin de faire exécuter les différentes techniques selon qu’il s’agit d’enfants, d’adolescents ou d’adultes. La progression peut être variable ou similaire selon le degré de compréhension ou de limitation de l’individu.

 

Il est aussi possible d’avoir un seul groupe où toutes les clientèles sont regroupées à condition que chacun soit assez mature pour se concentrer sur son entraînement et oublier ceux qui l’entourent. Dépendant des individus, cette situation donne aussi des bons résultats.

 

Peut importe le modèle, il est toujours possible dans la structure des cours de faire travailler des techniques différentes selon les types de participants. Le tout est vérifier et évaluer régulièrement pour s’ajuster constamment avec la clientèle.

 

 

Résultats

Afin d’atteindre des résultats satisfaisants, il est important de pouvoir compter sur une équipe d’intervenants qui vont participer à la démarche et à la réussite de ce projet. Les intervenants seront en mesure d’évaluer régulièrement les progrès des participants. Il est essentiel que le groupe pilote soit bien encadré pour ce projet car les participants seront les premiers au Québec à participer à un projet d’intégration du karaté. Une infirmière est toujours présente tout au long du projet.

 

Les arts martiaux contribuent au développement de nombreuses fonctions. Une réflexion a été effectuée sur l’adaptation des différents mouvements aux différentes limitations.

 

Différents résultats pourront être remarqués au niveau de la respiration, de la coordination, de la synchronisation et de la concentration. Il s’agit d’un projet qui risque d’avoir des retombées très surprenantes et d’apporter un nouveau regard sur les possibilités physiques et mentales de cette clientèle.

 

Un rapport d’évaluation a été produit par madame Marie-France Allen, conseillère en évaluation à l’IRDPQ pour faire suite à la Phase I qui s’est terminée en juin 2007. Ce rapport fait état des résultats et des constats enregistrés lors de cette session de 3 mois par les participants du projet pilote. Ce rapport est disponible pour consultation.

 

 

PHASE II

Suite aux commentaires positifs, le projet Karaté a reçu l’approbation de la direction de l’IRDPQ pour entreprendre la Phase II de son projet en mettant en place une nouvelle session avec un groupe d’avancés et la création d’un nouveau groupe ouvert à tous les programmes.

 

Conclusion

Le karaté adapté permet sûrement une chose importante pour le participant, c’est d’oublier son « handicap » et s’épanouir complètement. Chaque participant doit travailler très fort, mais les résultats risquent de surprendre.

« Ne jamais baisser les bras, aller au bout de soi-même, le handicap ne me fait pas de cadeaux, je ne lui en ferai pas non plus. »

 

vous pouvez voir les annexes en cliquant ici.